Francesco Mazzola dit Parmigianino

Peintre, Parmigianino naît à Parma en 1503 et meurt à Casalmaggiore, dans la province de Cremona, en 1540.

Parmigianino

Partager

Le peintre démontre encore jeune d’avoir un talent exceptionnel, si tant de peintre à l’age de seize ans, un Baptême de Christ pour l’Église de l’Annunziata qui maintenant se trouve à Berlino. Son vrai apprentissage se déroule à coté de Correggio dans San Giovanni: le Maestro l’estime si tant que lui fait peintre deux puttos qui se trouvent dans les angles hautes du trompe de coupole avec San Luca et Sant’Ambrogio et Caino qui tue Abele dans la sous-jacente base de arc. En 1522 lui est commissionnée, toujours pour la même église bénédictine, la décoration des sous-arcs de trois chapelles de la nef de gauche.

L’extraordinaire talent de l’artiste se développe dans toute sa grandeur à Fontanellato, dans le Château Sanvitale où, à vingt ans, il est appelé a peintre une petite chambre éclairée seulement par de la lumière artificielle: c’est une petite salle réservée (appelée de Diana e Atteone) que la femme du seigneur, Paola Gonzaga de Sabbioneta, utilisé pour se retirer à méditer et pour recevoir ses amis et les érudits.
Dans la deuxième moitié en 1524 le Parmigianino laisse Parma pour aller à Roma où la production artistique, préféré par Papa Clemente VII, vit une période particulièrement heureuse. D’ici il passe par Bologna et en 1531 à Parma où il s’accorde avec les administrateurs de l’Église de la Steccata pour peintre à fresque la voûte et la niche de la chapelle grande.

Entre-temps Francesco peint des tableaux à tréteau, en réalisant des chefs-d’œuvre absolus comme par exemple la Madonna du long cou, aujourd’hui à Firenze aux Uffizi, Cupido qui fabrique l’arc (à Vienna), le Portrait de jeune femme ou o Antea (à Napoli). Il travaille aussi pour les nobles de Parma en faisant pour Galeazzo Sanvitale une peinture à fresque dans le petit palais Eucherio Sanvitale, à l’intérieur du Parc Ducale, dont reste un petit fragment.

Quand en 1538 on lui donne les rosaces pour l’église de la Steccata (qui avait des problèmes à arriver en causant des disputes) dans peux de mois il complète la voûte, avec des joyeux thèmes ornementales et les extraordinaires figures des Vierges sages et folles, Aronne, Mosè, Eva e Adamo. Mais les administrateurs l’emprisonnent pour n’avoir pas respecté le contact, n’ayant pas encore peint l’abside. Quand l’artiste obtient la liberté, il s’enfuit de Parma et se refuge à Casalmaggiore, où il peint la suggestive et charmante Madonna avec l’Enfant, les saints Stefano et Giovanni Battista et le maître d’ouvrage, aujourd’hui à Dresda.

Après quelques mois il tombe malade et le 24 août 1540 meurt. Il est enterré, selon ses dispositions, dans l’église de la Fontaine, nu ‘avec une croix de cyprès sur la poitrine’.

Top