Modigliani. Œuvres du Musée de Grenoble

Lieu:Fondazione Magnani Rocca

Horaire: Du 27 mars au 4 juillet 2021. Horaire: mercredi, jeudi et vendredi de 10h à 18h (la billetterie ferme à 17h) – samedi, dimanche et jours fériés de 10h à 19h (la billetterie ferme à 18h). Ouvert aussi à Pâques, Lundi de Paques, 25 avril, 1er mai, 2 juin. Lundi et mardi fermé (ouvert Lundi de Paques).

Tarifs: € 12,00 valide aussi pour l’exposition permanente et le parc - € 10,00 pour les groups d’au-moins quinze personnes - € 5,00 pour les écoles.

Partager

Samedi, dimanche et jours fériés, le ticket comprend aussi la visite aux Armoires secrets de la Villa Informations et réservations groups : tél.+39 0521848327 / 848148 info@magnanirocca.it - www.magnanirocca.it Samedi à 16h30 et dimanche et jours fériés à 11h30, 16h, 17h, visite à l’exposition focus Modigliani et à l’exposition permanente de la Fondation avec un guide spécialisé ; réservation possible à segreteria@magnanirocca.it ou se présenter à l’entrée du musée jusqu’au complètement des places disponibles ; prix € 17,00 (entrée et guide).

Il y a cent ans que Amedeo Modigliani est disparu, il est meurt à Paris à seulement 35 ans, avec l’esprit en proie au délire et après une vie brève mais active et artistiquement complète.
L’exposition, grâce à la collaboration avec le Musée de Grenoble, de six œuvres de Modigliani, permet de analyser le rapport entre le dessin et la peinture et de cueillir les principales références culturelles dans son travail de portraitiste.

A partir du 27 mars jusqu’au 4 juillet 2021, à la Fondation Magnani-Rocca de Mamiano dei Traversetolo près de Parma, on expose le tableau Femme au col blanc, huile sur toile du 1917, qui représente Lunia Czechowska, femme de l’ami d’enfance de Léopold Zborowski, marchand d’art et mécène de Modigliani, et cinq portraits à crayon de personnages de la capitale française pendant les années Dix, où il a été le centre de la scène artistique, au temps de l’avant-garde internationale.

Dans la poétique picturale de Modigliani (Livorno 1884 – Parigi 1920) le portrait représente le seul véhicule d’expression possible du fureur créatif de l’artiste et l’essentiel instrument d’externalisation de l’angoisse, profondément humaine, d’entrelacer un change de relations avec d’autre êtres humaines. A commencer d’une profonde fascination pour l’essentialité stylistique de la tradition du 1300 et 1400 de Siena, pour les qualités plastiques de la sculpture et pour la stylisation du trait graphique, Modigliani élabore une conception absolument originale du portrait, aussi en fonction de l’enseignement de Paul Cézanne et des masques africaines.

Les chefs-d’œuvre de l’art française de la période où il a vécu et opéré, appartenant aux recueils de la Fondation Magnani-Rocca (Cézanne, mais aussi Renoir, Monet, Matisse et Braque ; mais aussi l’italien Severini, que pendant ces années vivait à Paris), offrent au publique une vision ample de la scène artistique du temps.

Inquiet, toujours en équilibre entre le génie et la déréglementation, un dandy moderne et un raffiné architecte du propre tragique destin, un stéréotype parfait de l’artiste maudit, Modigliani, a été un grand peintre mais aussi un excellent dessinateur, en réussissant, avec un trait volumétrique et en même temps bidimensionnel, à capturer la sensibilité et la psychologie des représentés ; tous ceux qui lui ont fait de modèle ont dit que se faire dépeindre par lui était comme ‘se faire déshabiller l’âme’. Le trait plus caractéristique et fascinant de l’œuvre de Modigliani est juste dans son talent introspectif, qui lui permettait de mettre en expression les qualités plus intimes de la personne, en transformant tous les portraits en miroir intérieur.

Beaucoup plus célèbres des masculins, les portraits féminins sont les plus grands exemples de la sensibilité artistique de Modigliani ; les traits délicats, les cous fuselés et élégants, sont devenus identifiants de l’art du peintre et la Femme au col blanc en est un merveilleux exemple. Tout en utilisant un langage parfaitement moderne, il n’oublie jamais la tradition italienne ; l’idéale de femme avec le long cou était en fait peint par d’autres grands peintres du passé, premier d’entre eux le Parmigianino, avec sa Madonna dal collo lungo peinte juste à Parma entre le 1534 et le 1540.


Warning: arsort() expects parameter 1 to be array, null given in /home/customer/www/parmawelcome.it/public_html/wp-content/plugins/agenda-eventi/lib/eventi.cpt.php on line 164

Warning: array_reverse() expects parameter 1 to be array, null given in /home/customer/www/parmawelcome.it/public_html/wp-content/plugins/agenda-eventi/lib/eventi.cpt.php on line 165

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/customer/www/parmawelcome.it/public_html/wp-content/plugins/agenda-eventi/lib/eventi.cpt.php on line 167
Top