Amedeo Bocchi. In punta di matita

Lieu:APE Parma Museo

Horaire: de mardi à dimanche de 10h30 à 17h30

Tarifs: plein tarif 5 € ; réduit 3 € pour les moins de 35 ans, les plus de 65 ans, les groupes de 10 personnes minimum ; gratuit pour les écoles, les moins de 18 ans, les guides touristiques et les journalistes, les personnes handicapées et leurs accompagnants. Le billet comprend l'accès aux salles du musée Amedeo Bocchi, à la salle du musée Renato Vernizzi et aux salles d'exposition dédiées aux collections d'art de la Fondation Monteparma.

Partager

La réservation est obligatoire uniquement pour les groupes de plus de 10 personnes.
Pour information: info@apeparmamuseo.it tél. 0521 203413

Du 1er septembre 2023 au 14 janvier 2024, à l’occasion du 140ème anniversaire de sa naissance et environ deux ans après l’exposition qui explorait les thèmes de l’élégance et de la mode dans ses portraits féminins, la Fondazione Monteparma revient réserver à Amedeo Bocchi (Parme, 1883 – Rome, 1976), une exposition inédite et fascinante, entièrement consacrée à ses dessins, avec l’exposition de plus de 120 pièces, sélectionnées parmi les près de 200 œuvres graphiques du Maestro détenues par la Fondation.

Il s’agit globalement d’une production très diversifiée, en termes de taille, de technique et de degré de finition, qui s’étend sur une période très large (environ 1897-1975).

Parmi les œuvres exposées, nous trouvons plusieurs portraits, de nombreux nus, diverses études anatomiques et, en outre, les grandes œuvres préparatoires créées pour la décoration de la salle du conseil de la Cassa di Risparmio di Parma et celles, non moins exigeantes et en grande partie inédit, pour les mosaïques (malheureusement jamais réalisées) de la cathédrale de Messine, reconstruite après le tremblement de terre de 1908.

La maîtrise du crayon d’Amedeo Bocchi se manifeste très tôt, comme en témoignent les portraits de famille peints alors qu’il était étudiant lorsque, de 1895 à 1901, il fréquentait l’Institut Royal des Beaux-Arts de Parme. Ce sont précisément les heureux résultats de ces exercices académiques qui ont incité le célèbre peintre Cecrope Barilli, son professeur et directeur de l’école, à encourager la famille de l’élève prometteur à le laisser poursuivre ses études à l’École Libre du Nu de l’Académie des Beaux-Arts de Rome. La spécialisation qu’il a acquise dans la capitale se reflète dans sa vaste production ultérieure, pleine d’études anatomiques précises qui concernent principalement la figure humaine. La familiarité et la facilité avec lesquelles Bocchi aborde le corps masculin et, plus encore, le corps féminin, donnent vie à des nus raffinés qui captivent le regard par leur beauté plastique : ce sont des dessins harmonieux, doux, fidèles aux formes des corps.
En observant les dessins, on peut en effet facilement saisir la forte référence à la tradition de la Renaissance et sa permanence dans l’œuvre de Bocchi, également en ce qui concerne le modus operandi.

Top